translation missing: fr.general.accessibility.skip_to_content
  • Lifestyle

Minimaliste ou Marie Kondo ? On a testé les 2 méthodes les plus populaires pour ranger notre chambre

Écrit par Clemence le 16 septembre 2019

Pour sa chambre, sa maison, sa tête, sa vie peut-être ? Les bienfaits du rangement ne sont plus à prouver. Parce qu’il existe autant de méthodes que de photos dans la mémoire de nos smartphones, on s’est dévoué pour faire un peu de tri et tester les plus connues d’entre elles.

La méthode incontournable

Son livre La magie du rangement s’est vendu à 8 millions d’exemplaires à travers le monde. Son visage a fait le tour de la presse en kiosque et en ligne. Et début 2019, sa série Netflix a capté l’attention de tous ceux qui seraient passés à travers les mailles de ses pulls parfaitement pliés. 

À ce stade, si vous ne pensez pas à Marie Kondo, on vous offre une petite séance de rattrapage. Sont également conviés les fans de la première heure chez qui les chaussettes roulées en boule ont repris leurs droits dans les tiroirs.

  1. Comme au yoga, on commence par poser une intention. Mais on n’a que deux options : s’engager à ranger ou se dire que finalement, les chaussettes roulées en boule, ça fonctionne plutôt bien. Jusqu’au 1er janvier, à la rentrée, ou à la prochaine crise existentielle qui nous fera taper Marie Kondo dans la barre de recherche de Google.

  2. Les choses sérieuses commencent. Notre mission ? Trier. Pas simple, mais l’experte du rangement a tout prévu pour nous aider à choisir ce que l’on veut vraiment, vraiment garder. On se saisit de chaque objet à deux mains (sinon ça marche moins bien) et on ressent l’étincelle de joie. Ou pas. Si rien ne se passe, on dit merci et au revoir.

  3. Lorsque le tri est terminé, on peut commencer à ranger. Pas avant. Marie Kondo conseille de procéder par catégorie d’objets plutôt que par pièce. Et de suivre un ordre précis : les vêtements puis les livres, les papiers, les objets divers (produits de soin, accessoires, appareils électroniques…) et les objets à haute valeur sentimentale en dernier. Pourquoi ? Pour être prêt au moment de décider de se séparer ou pas des photos de son ex.

  4. On choisit une place pour chaque objet et n’en change plus. C’est la seule manière de ranger sa chambre une bonne fois pour toutes.

Notre avis

Identifier ce qui nous fait du bien et éliminer le reste, c’est une idée séduisante. Mais à moins de vivre dans un studio où la chambre fait la taille du lit, on n’improvise pas une session de rangement à la Marie Kondo un dimanche à 19h30. L’experte conseille en effet d’enchaîner les étapes en une seule fois, pour intensifier l’impression de changement. 

En revanche, on apprécie le fait que cette technique s’adapte à tous les modes de vie. Si l’on veut garder beaucoup trop de choses, tant qu’elles nous apportent de la joie, c’est possible. Pas besoin d’être minimaliste. 

Mais ranger implique souvent de faire un peu le vide, ce qui nous amène à la deuxième méthode.

La méthode less is more

Un article sur le rangement sans parler de minimalisme, c’est comme un compte Instagram sur l’architecture moderniste sans photo d’une œuvre de Mies van Der Rohe. Celui à qui l’on doit le célèbre « less is more » a inspiré nombre de designers, architectes et créateurs dans leur quête de simplicité. Et plus récemment, nombre d’influenceurs passionnés de murs blancs et de garde-robes en moins de 10 vêtements. 

Mouvement artistique au départ, le minimalisme est devenu un mode de vie centré autour d’une idée : posséder moins pour vivre mieux. Le problème ? La première partie de la démarche prime souvent sur la seconde. On est vite tenté de jeter ses affaires pour en acheter de nouvelles, plus simples et plus blanches. Certes, on possèdera moins qu’avant, mais on aura créé pas mal de déchets au passage.

Plutôt que de jouer à qui en aura le moins, on fait l’inventaire de notre chambre en appliquant ces quelques principes, inspirés de l’approche minimaliste.

  1. Faire le tri dans ce que l’on possède et ne garder que ce qui nous est utile. Oui, si ça nous donne le sourire, c’est utile.

  2. Prendre la responsabilité de ce que l’on va jeter. Plutôt que de remplir sac poubelle sur sac poubelle, on vend ses affaires, on en donne à ses amis ou à des associations comme Emmaüs et on recycle. On pense aussi à utiliser au maximum ce qui peut encore servir avant de s’en séparer.

  3. S’interroger avant d’acheter. On remet du sens dans sa consommation en explorant ce qui la motive. Pourquoi (et pour qui) achète-t-on ? Combien de temps pourra-t-on utiliser ces objets avant de devoir les remplacer ? À long terme, cette démarche permet de garder durablement de l’espace chez soi.

  4. C’est tout. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Notre avis

Il n’est pas vraiment question de jeter avec frénésie, mais de remettre du sens dans sa manière de consommer. À moins de posséder peu de choses chez soi, si l’on recherche un effet avant / après, on risque d’être déçu.

Mais au-delà de la question du rangement, le minimalisme est un mode de vie à part entière et le changement vient d’une révision durable de notre manière d’acheter. Privilégier la qualité et le sens à la quantité, c’est justement ça qui nous plaît.

Decouvrez notre linge de lit

DANS VOTRE CHAMBRE

Partagez vos jours et vos nuits sur Instagram et Facebook.
Ecrivez-nous à hello@lachambreparis.com

  • Sous-total
  • Total
Commander Continuer vos achats

90 JOURS POUR ESSAYER.
LIVRAISON ET RETOURS GRATUITS FRANCE MÉTROPOLITAINE.

Against Malaria Foundation

En cochant cette case, vous ferez don de 1,70 € à l’association caritative Against Malaria  Foundation (AMF), soit le prix d’une moustiquaire. AMF participe à la lutte contre le paludisme par la distribution de moustiquaires aux populations les plus exposées. Pour chaque don de 1,70 €, La Chambre fera également don de 1,70 € à AMF. 

En Savoir Plus