translation missing: fr.general.accessibility.skip_to_content
  • Lifestyle

La nuit porte-t-elle vraiment conseil ?

Écrit par Clemence le 6 novembre 2019

L’expression circule depuis la nuit des temps. Il suffirait d’éteindre la lumière et de fermer les yeux pour trouver la réponse aux dilemmes, la direction à prendre, l’idée du siècle. Ou tout simplement, décupler notre créativité. Est-ce vraiment si simple ? Voyons ce que la science en pense. 

Dormir, une activité intense

Et diverse. Le terme de sommeil désigne en effet une pluralité d’états de conscience, au cours desquels notre cerveau se déconnecte de notre environnement extérieur. Nos neurones traitent différemment les informations reçues mais ils sont toujours occupés, aussi intensément que pendant les périodes d’éveil. 

Derrière nos paupières, ils s’activent de plusieurs manières au cours de la nuit. Cela commence avec une phase de sommeil lent, pendant laquelle le corps ralentit son rythme, jusqu’aux mouvements des yeux. En anglais, on parle d’ailleurs de non-rapid eye movement sleep (sommeil NREM). Puis le sommeil paradoxal (ou rapid eye movement sleep, REM) lui succède. L’activité cérébrale s’intensifie pour mimer celle de l’éveil, les rêves arrivent et les yeux, bien que fermés, s’agitent. Ces deux phases se succèdent, en 4 à 6 cycles de 90 minutes par nuit : un programme bien rempli. 

Sommeil lent et sommeil paradoxal se distinguent aussi par la nature de l’activité cérébrale en cours pendant ces deux phases.

Le rôle du sommeil lent

Ranger. Trier. Organiser. Pour cela, notre cerveau rejoue les événements vécus, passe en revue les connaissances étudiées durant la journée. Il mobilise à la fois l’hippocampe, l’une des régions cruciales du cerveau pour le bon fonctionnement de la mémoire, et le cortex où les informations se trouvent consolidées et classifiées. 

C’est grâce à ce travail de révision qu’il sera possible de raconter ce que l’on a vécu, de se remémorer un souvenir. Le sommeil lent permet ainsi de construire une base de données solide, dans laquelle notre cerveau pourra se servir pour nous porter conseil, juste après la seconde phase.

Le rôle du sommeil paradoxal

Si le sommeil paradoxal est le plus souvent associé à la créativité, il se nourrit du travail réalisé pendant la phase de sommeil lent qui l’a précédé. En effet, les informations organisées par le cerveau sont ensuite exploitées par ce dernier, pendant cette seconde phase. L’activité augmente dans le cortex, qui se désynchronise de l’hippocampe. Il ne s’agit plus de ranger les informations mais de construire de nouvelles histoires avec elles. Des rêves, des associations d’idées inédites, des analogies…


Les effets du sommeil paradoxal sur le raisonnement et la créativité ont fait l’objet de nombreuses études, qui ont identifié un lien entre les deux. Par exemple, en 2009, une équipe de chercheurs de l’Université de San Diego en Californie a testé les performances créatives de 3 groupes d’individus : après une période de repos mais pas de sommeil, après une phase de sommeil lent, ou après un cycle de sommeil complet, qui inclut à la fois sommeil lent et sommeil paradoxal. Résultat : les individus ayant bénéficié d’un sommeil complet ont réalisé de meilleures performances au test d’associations à distance, souvent utilisé dans les études portant sur la créativité.

En pratique

La nuit porte donc conseil à plusieurs titres. Un cycle de sommeil complet permet de consolider la mémoire et de créer de nouvelles associations d’idées, deux dimensions essentielles à la créativité. Et une raison de plus de se coucher pas trop tard. La prochaine fois que l’on se trouvera bloqué, on pourra donc :

  • Remettre le problème au lendemain. Sans culpabiliser. La solution nous attendra peut-être au réveil. Et si ce n’est pas le cas, elle sera tout de même plus facile à trouver après une bonne nuit de sommeil.
  • Dormir suffisamment longtemps, pour profiter de cycles de sommeil lent et de sommeil paradoxal de qualité. 
  • Se poser la question à laquelle on cherche une réponse avant de s’endormir. On peut même l’écrire dans un carnet, que l’on gardera à proximité du lit. Et dès le réveil, avant d’avoir complètement repris contact avec le monde extérieur, on peut y noter nos premières pensées, les souvenirs de notre dernier rêve. La réponse s’y trouvera peut-être !
  • Faire une sieste, même courte. On n’aura pas le temps d’atteindre la phase de sommeil paradoxal, le sommeil paradoxal, mais le sommeil lent sera bénéfique. En organisant les informations accumulées, il offre au cerveau une vue d’ensemble sur le problème à résoudre.

Pour la petite histoire

Plusieurs avancées scientifiques seraient le fruit d’années de recherches et… d’un rêve. C’est le cas du tableau périodique des éléments de Dmitri Mendeleïev, qu’il aurait reproduit sur un morceau de papier à son réveil. Ou de la structure atomique, découverte par Niels Bohr en rêve, par analogie avec la structure du système solaire. Quant à la forme de double hélice de l’ADN, elle aurait été rêvée par James Watson avant d’être vérifiée.

Les artistes auraient également mis leurs nuits au service de leurs œuvres. Les peintres surréalistes ont utilisé le rêve comme source d’inspiration, à l’instar de Salvador Dalí. Paul McCartney aurait composé Yesterday à partir d’une mélodie entendue en rêve. Et les notes cultes de I Can’t Get No Satisfaction auraient été enregistrées par Keith Richards pendant son sommeil.

DANS VOTRE CHAMBRE

Partagez vos jours et vos nuits sur Instagram et Facebook.
Ecrivez-nous à hello@lachambreparis.com

  • Sous-total
  • Total
Commander Continuer vos achats

90 JOURS POUR ESSAYER.
LIVRAISON ET RETOURS GRATUITS FRANCE MÉTROPOLITAINE.

Against Malaria Foundation

En cochant cette case, vous ferez don de 1,70 € à l’association caritative Against Malaria  Foundation (AMF), soit le prix d’une moustiquaire. AMF participe à la lutte contre le paludisme par la distribution de moustiquaires aux populations les plus exposées. Pour chaque don de 1,70 €, La Chambre fera également don de 1,70 € à AMF. 

En Savoir Plus